Snapchat, cette drôle de bête qui gagna mon cœur

Mon intérêt dévorant pour Snapchat est né au détour d’une conférence de Nellie Brière. La stratège en communication numérique présentait sa conférence « Comprendre la plateforme Snapchat : le cercle d’initiés » dans le cadre des soirées des Grands Communicateurs à la TÉLUQ.  Je suivais Nellie sur Facebook depuis un an déjà, et je me disais que même si j’avais peu de sympathie pour Snapchat, avec Nellie, on ne risquait pas de s’ennuyer.

 

Mes sympathiques collègues de classe.

 

Rejoindre le monde des vivants

J’avais convié tous mes camarades d’école. Passer ses semaines cachés dans la salle de classe d’un fond de sous-sol, ça créer des liens. Mais sortir à la surface de la terre pour rejoindre le monde des vivants? Wow. Quelle formidable aventure!

Malgré l’aversion naturelle et généralisée que suscite Snapchat chez la plupart des adultes, groupe socio-démographique dont nous étions, quatre curieux ont accepté l’invitation. Il faut dire que nous suivions une formation intensive en Stratégies et animation des réseaux sociaux (où croyez-moi, garder l’esprit ouvert est gage de survie).

 

Succomber au charme de la bête

Nous nous retrouvions donc ce soir-là,  juste avant la conférence, dans un petit resto sympa. Cinq adultes, en pleine possession de leurs moyens (ouais, bon, peut-être pas tant que ça finalement) qui décident le plus sérieusement du monde de s’initier à Snapchat avant d’assister à ladite conférence. Oh boy. Quelques minutes plus tard nous succombions à son charme irrésistible. La serveuse n’arrivait plus à prendre les commandes. Nous hurlions de rire en nous tapant sur les cuisses. Mon voisin de table, un grand gaillard de 6 pieds, pleurait de rire (à devoir s’en essuyer les yeux).

 

Pas mal ce premier Snap de notre grand gaillard (celui qui rit aux larmes). Avouons que la photogénie de Corinne y est aussi pour quelque chose.

 

 

Vague incendiaire de folie créative

Ce soir-là, une étincelle a allumé une vague incendiaire de folie créative qui ne s’est pas éteinte depuis. Dès le lendemain, j’investissais mes trois heures de voyagement quotidien dans l’exploration de la plateforme. Après plus de 90 jours d’utilisation continue (mes résultats de Snapstreak le prouvent), de nombreuses lectures sur le sujet et mes expérimentations les plus farfelues sur cette plateforme, j’ai développé une infinie tendresse pour la bête.

Elle a évidemment les qualités de ses défauts. Difficile d’approche. Elle aime nous surprendre au moment où l’on baisse la garde. Mais elle va toujours où on ne l’attend pas. Et on ne s’ennuie jamais avec elle. C’est ce qui la rend si fascinante à mes yeux.

 

Se transformer pour mieux renaître

Qu’adviendra-t-il de Snapchat dans un an? La plateforme aura-t-elle été avalée par Facebook et Instagram qui reprennent, avec plus ou moins de succès (souvent plus que moins en fait), ses innovations les plus spectaculaires? Elle vivra de nombreuses métamorphoses, sans doute, mais de là à disparaître, permettez-moi d’en douter.

En ce moment, Snapchat continue son chemin, allant de l’acquisition d’une compagnie de drones, d’une start-up spécialisée dans la publicité mobile et la géolocalisation, en passant par son incroyable sens de l’innovation dans le domaine de la réalité virtuelle, du tournage 360 degrés, et de ses Snap Spectacles, sorte de lunettes caméra qui viennent de prendre le marché de l’Europe.

Snapchat saura se réinventer. Les internautes sont de plus en plus friands de vidéos sociales. Voilà un beau terrain de jeu pour cette compagnie de partage de photos et de vidéos. Soyez sans crainte. Ce tendre amour ne m’aveugle point. Snapchat, à qui l’on doit la paternité de la Story, perd des joueurs depuis que sa rivale Instagram a copié l’idée. La bête est blessée. Oui. Je sais.

Et pourtant. Malgré tout. C’est Snapchat qui mène la danse de l’innovation. Suivre le rythme de ses pas visionnaires est une formidable incursion dans l’avenir même des médias sociaux. Ça aussi. Je sais.

 

Partagez:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *